Article -

Ce qu'une startup doit savoir avant d'engager

21.04.2016 Toutes les actualités

Employé, collaborateur indépendant ou stagiaire? Ce qu'il faut savoir avant d'agrandir sa startup.

Les équipes de NEST'up ont rencontré Securex pour répondre à ces questions

Six semaines... la moitié du programme NEST'up de cette édition de printemps est déjà passée. Alors que les huit équipes progressent et que les contours de leur projet s'affinent chaque jour, les co-fondateurs sont conscients de leurs forces et faiblesses et pensent déjà aux talents qui pourraient venir grossir leurs rangs et apporter des compétences et points de vue complémentaires.

Pour les guider sur ce chemin tortueux qu'est le recrutement pour les non-initiés, une session s'est tenue avec une des coaches NEST'up, Myriam Malou, ainsi qu'avec Myriam Decamp et Jean-Noël Henrard, respectivement account manager et legal advisor chez Securex, partenaire du programme d'accélération.

En une heure, les questions principales liées à l'engagement ont été abordées. Pour la plupart des startup, qui ne sont pas encore sur le marché et n'ont pas de structure juridique, la question du stagiaire est d'actualité. Mais en vrai, c'est quoi un stagiaire? Parce que ce terme un peu flou recoupe pas mal de statuts différents... Entre l'étudiant stagiaire gratuit, le stagiaire PFI et l'apprenti, quelles différences, quelles assurances? En quelques minutes, ces interrogations sont levées et on retiendra que le stagiaire étudiant n'est pas rémunéré et est assuré par son école, que le PFI oblige à engager contractuellement le stagiaire pour une durée égale à celle de son stage et que le statut d'apprenti n'est pas vraiment d'application pour les postes à occuper dans les équipes de cette édition de NEST'up.

Mais le stagiaire n'est pas une solution à long terme et il est bon pour toute startup qui se lance de savoir quelles options se présentent à elle pour faire grandir son équipe et son projet. Alors que les coûts que représentent un salarié refroidissent beaucoup d'entrepreneurs, les inconvénients à travailler avec des indépendants sont peu connus.

Là où il existe une relation subordonnée entre un employeur et un employé et une série d'obligations contractuelles, le fait de travailler avec des indépendants exclut toute forme d'autorité sur eux puisque la relation est considérée comme une relation commerciale, d'égal à égal. Et si un employé demande plus de démarches (assurance, secrétariat social, contrat de travail, ONSS, ...), ce statut confère plus de sécurité à la startup qui l'emploie que celui de collaborateur indépendant.

Comme une piqûre de rappel ne fait jamais de tort, la différence entre salaire brut, net et coût pour la startup/employeur a été rapidement revue, avec une attention particulière portée sur le Taxshift du 1er janvier 2016, qui a fait beaucoup parler de lui dans le petit monde des startups wallonnes puisqu'il permet, à vie, d'exonérer de cotisations sociales patronales le premier employé d'une entreprise et offre des réductions sur ces mêmes cotisations pour les cinq employés suivants.

Myriam Decamp et Jean-Noël Henrard ont donc en quelques sortes remis l'église au milieu du village et remplis les bagages des équipes de NEST'up d'une multitude de conseils et points d'attention, précieux pour la suite de leur aventure entrepreneuriale. La conclusion de cette session d'une petite heure est que l'agrandissement d'une équipe, d'une startup est un chemin sur lequel il vaut mieux se faire accompagner plutôt que de se lancer en aveugle.